En ce qui concerne les peintures et revêtements, des recherches collectives sont organisées au niveau européen mais également en partenariat avec les pôles de compétitivité au niveau régional. Les matières premières biosourcées disponibles ainsi que celles issues du recyclage sont évaluées. Des labels existent qui vont lister les performances du produit. Ils mettent en évidence des peintures avec un impact positif sur l'environnement (émission de composés organiques volatiles limitée) ou utilisant des matières premières biosourcées, le tout en se basant sur un niveau de performance (durabilité, adhésion, ...).

Les clés du succès

Certains critères majeurs doivent être pris en compte pour le développement de ces matières premières:

Tout d'abord, elles doivent pouvoir s'intégrer dans des revêtements performants.

Ensuite, le coût reste déterminant. On cherche aujourd'hui à construire des formulations innovantes sur ces chimies issues du végétal, plutôt que de miser sur un remplacement part pour part des matières premières issues du pétrole.

L’attention porte aussi au niveau de la communication: les sociétés n'ont pas toujours su communiquer de façon efficace au départ. Depuis lors, l'approche en la matière a été complètement revue de manière fructueuse, afin de positionner la démarche structurellement par rapport aux avantages apportés par ces matières premières.

Perspectives prometteuses

Le secteur continue donc son développement. De nombreuses innovations existent déjà pour les polyuréthanes et les recherches progressent à grands pas pour les acryliques. De réelles avancées ont vu le jour également au sujet des composés organiques volatils, de la transition au niveau des  peintures solvants, des générations actuelles de peintures aqueuses, etc.  Formuler des peintures à base de gluten est également à l'étude.

L'accompagnement en matière de recherche est assez performant dans notre pays. Les acteurs de l'intermédiation jouent un rôle fondamental, tels que les organismes qui valorisent la recherche dans les universités, les organismes d’accompagnement à la protection intellectuelle ou à l’innovation ou encore les pôles de compétitivité qui apportent un soutien précieux au développement de ces matières premières.  Autant d'initiatives qui témoignent d'un avenir prometteur!