Laurie Pilo,
Directrice générale d’Ayming BeNeLux

 

 

 

Comment la Belgique, pays reconnu pour son coût fiscal et salarial très élevé, a-t-elle contrebalancé ce handicap pour en faire une des économies les plus attractives en termes d’innovation ?

Laurie Pilo : « L’attractivité de la Belgique est liée à plusieurs facteurs, à commencer par sa localisation centrale en Europe qui attire de grandes entreprises. Mais le tissu de PME et de startups du pays est également très important et permet souvent davantage d’agilité. Or, agilité et innovation font souvent bon ménage. Son système éducatif joue également un rôle considérable, avec des institutions telles que les écoles polytechniques de l’ULB et de l’UCL ou encore l’Institut HELMo Gramme qui forment des ingénieurs extrêmement performants. Enfin, la Belgique a mis en place des incitants au financement de l’innovation permettant aux entreprises les plus innovantes de « gommer » une partie de leur base taxable. »

 

La Belgique a mis en place des incitants au financement de l’innovation permettant aux entreprises les plus innovantes de « gommer » une partie de leur base taxable.

 

En quoi consistent ces incitants financiers à l’innovation ?

L. P. : « D’une part, les aides directes, qui sont des subventions essentiellement financées par l’Europe dans le cadre de grands plans plurinationaux. Au niveau belge, ces aides sont relayées en grande partie par les Régions et Communautés. D’autre part, les aides indirectes, qui sont l’apanage du gouvernement fédéral, permettent aux entreprises actives dans l’innovation de bénéficier de réductions d’impôt ou de subsides d’exploitation. L’incitant sur précompte professionnel pour le personnel chercheur est un exemple : lorsqu’une entreprise emploie sur un projet de R&D une personne justifiant d’un certain niveau de diplôme, cette entreprise peut alors retenir 80 % du précompte professionnel du travailleur à la source sans devoir le reverser au fisc. »

 

Pourquoi l’accompagnement des entreprises dans ces incitants à l’innovation est-il si crucial ?

L. P. : « Parce que ces financements sont nombreux, que leur demande est complexe et engageante fiscalement et que bénéficier d’un regard extérieur est très important. Nos équipes sont pluridisciplinaires et composées d’ingénieurs et de fiscalistes, ce qui permet aux entreprises de bénéficier en toute sécurité de l’ensemble des subsides à disposition. Cet accompagnement est d’autant plus pertinent au vu de l’évolution rapide de l’environnement législatif et de la multiplication des contrôles : il faut pouvoir compter sur un consultant extérieur capable d’anticiper et de réagir rapidement pour éviter toute insécurité juridique. »