Serge Pampfer,
Directeur général du WBC

 

En quelques chiffres, qu’est-ce que WBC aujourd’hui ?

Serge Pampfer : « WBC, ce sont 48 sociétés, dont 28 dans un processus d’incubation et 20 en approche et en analyse. 50 % d’entre elles sont des spin-off universitaires, 50 % des start-ups entrepreneuriales et des sociétés étrangères qui s’implantent en Wallonie. »

 

En 2016, une vingtaine de sociétés ont levé des fonds pour un total de 25 millions d’euros. Soit une augmentation de 85 % par rapport à 2015.

 

 

Comment se portent ces sociétés ?

S. P. : « Elles sont en croissance. En 2016, une vingtaine de sociétés ont levé des fonds pour un total de 25 millions d’euros. Soit une augmentation de 85 % par rapport à 2015. Aujourd’hui, 78 % de ces sociétés commercialisent leurs produits et services. En 2016, le chiffre d’affaires globalisé des sociétés incubées était de 7,5 millions d’euros. Une augmentation de 27 % par rapport à 2015. »

 

Comment peuvent-elles soutenir leur évolution ?

S. P. : « En augmentant leurs structures de gouvernance. WBC siège au conseil d’administration de 18 sociétés biotechs. L’incubateur est un témoin privilégié conseils d’administration. Il s’agit d’anticiper les divers enjeux liés à la maturation commerciale et industrielle de ces jeunes sociétés. »

 

Comment WBC intervient-il dans la gouvernance ?

S. P. : « D’abord, par un questionnaire d’évaluation de la gouvernance des jeunes sociétés en biotech. Il permet d’évaluer les compétences du conseil d’administration en place et de dégager des pistes d’amélioration pour l’avenir. Ensuite, par la constitution d’une réserve d’administrateurs préqualifiés et pré-évalués. L’objectif est de compléter le conseil d’administration et d’aider à faire grandir la société, par le développement des compétences, les investissements, l’exportation, etc. »

 

Quels sont les objectifs de l’incubateur ?

 S. P. : « Depuis 10 ans, nous travaillons sur la base de l’apport de nos actionnaires, Meusinvest, Sambrinvest et la Région wallonne via la Sofipôle. En 2016, WBC a injecté 1,5 million d’euros de fonds propres dans les sociétés incubées. À l’avenir, WBC va accentuer sa présence dans les conseils d’administration. L’objectif est d’enclencher le mécanisme et de le suivre pour vérifier que tout se passe correctement, à la demande et avec la complicité des actionnaires et des administrateurs. »