1. Quelle est la situation actuelle de la Belgique en termes d’innovation ?

Les efforts sont importants en Wallonie au regard de l’objectif « Europe 2020 ». « Europe 2020 » c’est l’affectation de 3% du PIB à la Recherche et Développement d’ici 2020, dont deux tiers financés par le secteur privé. La Wallonie est actuellement la région du pays qui approche le plus l’objectif européen, avec un pourcentage d’affectation de financement à la recherche de 2,85% en 2013. La moyenne européenne est de 2,03%, et la moyenne belge de 2,42%.

Ces chiffres témoignent de l’implication des pouvoirs publics et de la part croissante des investissements dédiés à l’innovation au sein des entreprises actives en Wallonie.

2. Quels sont les secteurs les plus porteurs en matière de R&D ?

La Wallonie a décidé en 2005 de choisir 6 domaines d’activité dans lesquels elle concentre les efforts en matière de recherche et d’industrialisation. Ces domaines d’activités, qui correspondent aux 6 pôles de compétitivité wallons, sont : les sciences du vivant, la chimie durable, le génie mécanique, la logistique, l’aéronautique et le spatial ainsi que l’agro-industrie. Les pôles de compétitivité et les entreprises qu’ils représentent ont participé à la création de plus de 12.000 emplois et généré plus de 300 innovations, alors que seuls 25 % des 205 projets de recherche sont clôturés. La politique des pôles a généré au sein des entreprises-membres une croissance de 20% supérieure à la moyenne des entreprises ne participant pas à la dynamique.

3. Quels sont les défis et objectifs fixés pour favoriser la recherche en Belgique ?

Les grands pays de marché intérieurs peuvent, bien souvent, bénéficier d’un effet d’entraînement des commandes publiques. Ce n’est pas le cas de la Wallonie. Cette dernière est, néanmoins, de par sa situation et les compétences développées dans les universités et centres de recherche, un point de référence dans de nombreux domaines. Citons, à titre d’exemple, les sciences du vivant ou le génie mécanique.

Le défi principal pour une région de taille réduite comme la Wallonie réside dans sa capacité de valoriser un résultat de recherche, soit immédiatement dans une entreprise qui disposera des capacités de production et de l’accès à un marché, soit en préparant les résultats de la recherche pour qu’ils puissent être exploitables à un autre niveau de la chaine de l’innovation.

Il est important, et cela a déjà été fait dans les pôles de compétitivité, de nouer, de renforcer le dialogue entre le monde de l’industrie et le monde de la recherche, afin de jumeler certaines préoccupations : des gains de compétitivité pour les entreprises, et la garantie d’un espace de liberté pour les chercheurs. L’objectif final étant de faire de notre territoire un espace de progrès social et de progrès économique.