Quelles sont les activités de votre société ?
« Elle a été créée par trois personnes, dont mon père. J’ai repris la direction des opérations quand il est décédé en 2009. Agrostar produit des micro-organismes, essentiellement des bactéries et des levures utilisées dans deux grands secteurs d’activité : le traitement des eaux usées domestiques et industrielles et le secteur agricole (agriculture, horticulture,   pépinières, espaces verts), traditionnel et biologique, en expansion. Ces micro-organismes peuvent être utilisés purs, mais le plus souvent, ces bactéries sont mélangées à des engrais fabriqués par nos clients, les producteurs d’engrais. Ils se sont rendu compte que cela marchait. »

Pourquoi faut-il ajouter des bactéries aux engrais ?
« Dans un sol normal, il y a de la vie, dont des bactéries. Certaines n’ont aucun intérêt pour les plantes, d’autres vont permettre de minéraliser les matières organiques présentes dans le sol (feuilles mortes, cadavres d’insectes ou d’autres animaux) et les rendre consommables par les plantes. Dans les engrais, nous apportons des bactéries au sol pour lui permettre un bon fonctionnementafin qu’il s’enrichisse de tout ce dont les plantes ont besoin. »

Où trouvez-vous vos clients ?
« Nous travaillons essentiellement à l’exportation, la Belgique représenteant moins de 20% de notre chiffre d’affaires. Quand j’ai repris l’entreprise en 2009, nous étions en faillite virtuelle. Pendant cCes cinq dernières années, l’objectif a été de redresser la boîte. Nous sommes très contents, aujourd’hui, nous payons des impôts ! Après de très nombreuses années de travail, nous venons d’obtenir une autorisation de mise sur le marché en France pour l’une de nos bactéries comme matière fertilisante. »

Quel est votre point de vue sur le secteur agricole ?
« En matière agricole, la Belgique est un excellent élève au niveau européen. Que les parcelles biologiques augmentent de manière assez importantes année après année est une bonne chose aussi. Le fait d’avoir d’autres options que les engrais chimiques et les produits phytosanitaires n’est pas plus mal. »