Montée en échelle

Industrie agroalimentaire, industrie pharmaceutique, technologies environnementales… les micro-organismes sont présents partout, en tant que machinerie de production ou organismes vivants en tant que tels. Avant d’arriver à une exploitation industrielle, il est impératif de passer par des étapes dites « de montée en échelle ». Tout développement commence par la recherche fondamentale à l’échelle de laboratoire, se poursuit avec des expériences à l’échelle pilote et aboutit à l’échelle industrielle.

Il s’agit d’envisager la faisabilité de la transposition des techniques à mettre en œuvre, eu égard notamment aux coûts de production et aux investissements à réaliser. La montée de ces échelles implique un ensemble de procédés : la culture du micro-organisme en bioréacteur, la séparation de la biomasse, la purification éventuelle des métabolites d’intérêt et la formulation pour stabiliser le produit.

Production optimale

À titre d’exemple, citons le cas d’un tel processus pour le secteur biopharmaceutique. Lorsqu’un micro-organisme est transformé afin de lui faire produire une protéine d’intérêt thérapeutique, il faut s’assurer d’une production optimale. Pour ce faire, il s’agit de maîtriser tous les paramètres de culture en bioréacteur, mais aussi de développer un protocole de purification. Celui-ci permet d’obtenir la protéine voulue en quantité suffisante et à haut degré de pureté avant d’évoluer vers des essais cliniques.