Implantée à Liège, la société Mithra développe actuellement deux médicaments candidats basés sur E4 (estétrol), l’un relatif à la contraception et l’autre à la ménopause.
 

Contraception et ménopause
 

Jean-Manuel Fontaine, Head of External Affairs au sein de l’entreprise, souligne que « pour la santé de la femme, E4 est presque une révolution, un changement de paradigme. Il y a eu très peu d’innovation depuis près de 80 ans dans la contraception et la ménopause. Au vu de l’évidence préclinique et clinique actuelle, les médicaments contenant E4 sont susceptibles de présenter un profil bénéfices/risques amélioré par rapport aux autres œstrogènes, notamment sur le plan de la coagulation, et de mieux répondre aux attentes des femmes en matière de qualité de vie. »

 

Large champ d’indications
 

Le contraceptif en développement, Estelle, vient de terminer le volet européen de la phase III des essais cliniques avec de premiers résultats très positifs, tant sur le plan de l’efficacité contraceptive que du contrôle du cycle, de la qualité de vie ou de la tolérance en général. Les résultats du volet américain sont attendus au premier trimestre 2019 et la commercialisation devrait intervenir vers la fin 2020. Le traitement de la ménopause, Donesta, vient de clôturer positivement la phase II et entrera dans sa dernière phase de développement clinique l’an prochain avec une commercialisation potentielle à l’horizon 2022-2023.

Le champ des indications potentielles de l’estétrol est en réalité bien plus large : il pourrait aussi englober les domaines de la neuroprotection, de la dermatologie et du traitement de certains cancers hormonodépendants - sein et prostate, en particulier.