Comment avez-vous entendu parler du concours Beforbusiness®?

«Nous avons eu vent de ce concours par Céderic Doutrelepont, Managing Director de l'asbl InduTec, dont la mission est, entre autres, d'apporter un support aux initiatives et de créer de la valeur ajoutée pour les entreprises de la Région de Bruxelles-Capitale en utilisant les compétences des Instituts d’ingénieurs bruxellois.

Belixir propose des boissons naturelles à base de gingembre, miel et citron. Pour développer notre projet, mon associé Christian Krug et moi-même avons estimé que l'inscription à ce concours pouvait représenter une belle opportunité dans notre parcours.»

Et l'initiative a donc été convaincante?

«Effectivement, après une année entière, nous avons accumulé de nombreuses informations utiles à notre développement. Parmi les éléments que nous avons beaucoup apprécié, c'est ce que j'appellerais l'accompagnement passif, en suivant les différents ateliers proposés semaine après semaine.

Nous avons par exemple pu suivre un atelier consacré à l'élaboration d'un business plan efficace, ce qui est tombé à point nommé dans l'élaboration de notre projet.»

L'avantage de suivre un tel atelier semble indéniable?

«C'est indiscutable et l'utilité d'un tel concours peut se répartir sur plusieurs niveaux différents. En ce que me concerne, j'avoue humblement que j'étais un profane en matière d'entreprenariat lorsque je me suis lancé dans le projet Belixir. Ce concours m'a donc permis de me familiariser avec les réalités en la matière, avec les délais à respecter; les tâches à accomplir au quotidien, la façon de s'organiser efficacement. Le concours fixe les objectifs à suivre et permet de battre le fer tant qu'il est chaud au lieu de se reposer sur ses lauriers.

Par ailleurs, passer du temps en compagnie de tous les porteurs de projets permet un brassage d'idées particulièrement stimulant, plutôt que de se retrouver isolé.»

Vous ressentez donc un véritable soutien de la Région bruxelloise en matière d'innovation?

«Au démarrage du projet, nous avons cherché les différentes possibilités d'aide et de soutien. Avoir recours au numéro 1819, qui informe et oriente les créateurs d'entreprise, s'est déjà avéré être très utile. Aujourd’hui, un an et demi après nos débuts, des asbl comme InduTec ou encore des aides à la consultance nous ont démontré la réelle volonté de la Région d'apporter un soutien à l'innovation.»