Quelle est la problématique des environnements contrôlés, ce que l’on appelle les salles blanches ?

Francis Martin : « Les autorités de tutelle sont de plus en plus exigeantes au niveau des conditions dans lesquelles doivent être produits les médicaments, vaccins et autres. Un grand nombre d’informations peut être remonté à travers un système environnemental. L’exploitation de ces données permet d’envisager les évolutions de façon à mieux respecter les exigences des autorités de contrôle, mais aussi d’utiliser ces données pour élaborer, par exemple, des outils de maintenance préventive ou prédictive. Aujourd’hui, une nouvelle génération d’outils de contrôle environnemental est lancée. La salle blanche dans laquelle est produit le médicament doit pouvoir être facilement adaptée. Parallèlement au système filaire, notre solution sans fil, Mirrhia, vient d’être lancée sur le marché. Ce système permet de coller le capteur au bon endroit dans la salle blanche et de rapatrier l’information à travers un système de câbles rayonnants. »

Qu’en est-il des systèmes de monitoring d’environnement ?

Fr. M. : « Des systèmes en mode cloud vont être offerts aux petites sociétés pharmaceutiques. Une partie de l’infrastructure pourra être hébergée, ce qui permettra d’en réduire le coût. La solution proposée aux jeunes entreprises est qu’elles puissent se débarrasser de la problématique du contrôle environnemental et se reposer sur cette solution. C’est aussi la possibilité pour les plus grosses entreprises pharmaceutiques de pouvoir visualiser facilement la situation des différentes salles blanches et de remonter ces informations de façon centralisée. »

Quelles sont les innovations en matière de notification des alarmes en milieux critiques ?

Fr. M. : « Un nouveau système de notification d’alarmes est capable de recevoir de l’information digitale de n’importe quel système informatique, de la digérer et de la diffuser à la bonne personne au bon moment, peu importe le réceptacle utilisé (sms, appels téléphoniques, e-mail, notifications sur smartphones, tablettes). Cela permet de savoir que tout est sous contrôle et de pouvoir intervenir très rapidement, le cas échéant. La seconde innovation se résume par le concept de méta-alarme, car lorsqu’il y a trop d’alarmes sur un système, c’est presque comme s’il n’y en avait plus. Ce sont les innovations développées dans notre software Wistria. »

Quelle stratégie de développement à l’international a-t-elle été envisagée pour de telles innovations ?

Fr. M. : « Pour aller au-delà de la France et la Belgique – notre marché actuel -, un réseau de distributeurs va être construit à travers l’Europe pour lancer ces produits. La stratégie est de faire du système un leader européen. D’ici deux ou trois ans, les autres continents seront visés. »